01/03/2016


NO VERTICAL LIMIT



.......................................................


Le Yatagan (vintage), 2015
Acrylique sur papier, 100 x 140 cm

Le rappel (Vertical bands), 2015
Acrylique sur papier, 70 x 100 cm

Le rappel, 2015
Acrylique sur papier, 70 x 100 cm 

Le Yatagan (panorama), 2015
Acrylique sur papier, 70 x 100 cm

L’Aiguille qui remue (Vertical bands), 2015
Acrylique sur papier, 100 x 70 cm

Le Rappel – Chandelle du Portalet 
(Vertical bands), 2014
Acrylique sur papier, 100 x 70 cm

Le Yatagan (Vertical bands), 2014
Acrylique sur papier, 100 x 70 cm

Le salut (Vertical bands), 2014
Acrylique sur papier, 100 x 70 cm

Il Gallo (Vertical bands), 2014
Acrylique sur papier, 100 x 70 cm

Le Grépon (Vertical bands), 2014
Acrylique sur papier, 70 x 100 cm

La Meije vue du Dôme des Écrins, 2014
Acrylique sur papier, 70 x 100 cm 

29/02/2016


NO VERTICAL LIMIT



.......................................................



Zwing sur la crête, 2013, huile sur toile, 46 x 61 cm

Le salut, 2013, huile sur toile, 50 x 61 cm

Le repos, 2014, huile sur toile, 46 x 38 cm

Gervasutti (en Dülfer), 2014
Huile sur toile, 55 x 38 cm

Buhl au Grépon, 2014
Huile sur toile, 46 x 38 cm

Anonyme (Dent du Géant), 2014
Huile sur toile, 50 x 40 cm

Rappel (Chandelle du Portalet), 2014
Huile sur toile, 55 x 46 cm

Il Gallo (Bergell), 2014
Huile sur toile, 55 x 38 cm

Aiguille du plan, 2014
Huile sur toile, 46 x 38 cm

Le Yatagan, 2014
Huile sur toile, 55 x 38 cm

L’Aiguille qui remue, 2014
Huile sur toile, 46 x 38 cm





19/02/2016

Himalaya


Suite himalayenne 2009-2010,
série composée de 14 peintures sur papier


.......................................................
Un clic sur les vignettes permet 
de voir les images en plus grand.
.........................................................


Gasherbrum 1

 
Annapurna

Gasherbrum 2

Manaslu

Shishapangma

Lhotse

Kanchenjunga

Dhaulagiri

 
Everest

Nanga Parbat

Broad Peak

K2

Makalu

 
Cho Oyu


Parmi les peintures de Gerhard Richter[1] consacrées à l’image de la montagne, on trouve une série de vingt et un tableaux dont deux tableaux ayant pour sujet l’Himalaya, respectivement nommés Mount Everest (1965) et Himalaya (1968). Ces deux peintures m’ont donné l’envie de peindre les quatorze sommets himalayens de plus de 8000 m. Des recherches effectuées ne m’ont pas permis de trouver la trace d’un ensemble complet de paysages sur ce thème. Bien qu’appréciant les tons neutralisés, je préfère peindre dans des gammes de couleurs saturées plus proches de celles des peintres symbolistes ou du photographe japonais Y. Shirakawa[2]. L’aspect fantastique donné à ces représentations résulte de l’attention portée aux détails des compositions conjuguée à la création d’une atmosphère cosmique qui peut laisser à penser que les petits personnages présents dans certaines images sont comme des astronautes explorant une planète. C’est une manière de traduire plastiquement une impression dont je garde le souvenir, celle d’un moment de mon enfance où lisant une bande dessinée de science-fiction dans la cuisine de mes grands-parents savoyards, j’étais envahi par la sensation étrange de me trouver entre deux mondes, celui du récit imagé que j’avais sous les yeux montrant des hommes flottants dans l’espace et celui d’un lieu de la vie réelle dans lequel mes proches accomplissaient des tâches ordinaires.




05/10/2013

L’alpiniste jaune





Nous sommes devant les toiles d’Alain Fraboni comme l’homme de dos devant la mer de Caspar David Friedrich, entouré de falaises rocheuses. La splendeur des couchers de soleil sur la montagne nous fascine et ce n’est pas l’apparition de la lune dans cet entre monde qui nous démentira. La facture est plutôt lisse, avec parfois des touches plus apparentes. Ce qui me frappe dans cette peinture est son aspect fractal : je pense à un peintre comme Mati Klarwein (ou comme si le cubisme venait au secours de l’hyperréalisme). Mais l’entropie n’est elle pas le signe même du tellurisme ?
Il semble qu’il y ait comme une tension entre la représentation de la nature chez Alain Fraboni et ses représentations humaines. Pourquoi ? Serait-ce parce que l’homme appartient au règne organique, quand la pierre reste la pierre ? Serait-ce parce que l’homme est dans l’interaction alors que la roche est dans la causalité ? Il est caractéristique cependant que la touche se fait plus apparente, plus charnelle, dans ses représentations humaines.
Le réalisme (« Bonjour monsieur Courbet ») défendu par Champfleury semble resurgir dans la peinture d’Alain Fraboni lorsqu’il s’attache à la figure plus ou moins isolée du contexte géologique (intérieurs de bivouacs, photos commémoratives, etc.). En revanche, lorsqu’il intègre l’homme (ou plutôt la cordée) dans un lointain bleuté, cette contradiction n’apparaît pas.
Mais prenons un exemple : cette aiguille rocheuse où se distingue - discrètement - un alpiniste vêtu de jaune. N’est on pas alors tenté de songer à ce « petit pan de mur jaune » que Proust voyait dans la « Vue de Delft » de Vermeer ? L’homme est alors intégré dans un continuum visuel, il fait corps avec la matière, il n’est qu’une flexion de la lumière universelle.
J’avoue envier parfois la détermination d’Alain Fraboni, sa manière de relier parfaitement ses exigences d’alpiniste et d’homme avec ses exigences de peintre. Je connais Alain depuis assez longtemps pour savoir qu’il ne se paie pas de mots et qu’il met toute son énergie à accorder sa vie avec son œuvre. J’espère que son travail rencontrera l’écho qu’il mérite et qui résonne dans ses toiles, et que son activité passionnée et opiniâtre trouvera des regards émerveillés comme sont les miens.

Arnaud Bouchet
2012

Arnaud Bouchet, artiste diplômé des Beaux-Arts de Toulouse (DNSEP section Arts) et de l'Université Paris 8 (DEA Esthétique, sciences et technologies des Arts).

Images de l'exposition LANDSCAPE THEORY


qui a eu lieu du 12 au 30 janvier 2013 au Château de Saint-Priest



Cette exposition présentait un ensemble de 44 peintures 
dont 28 tableaux et 16 travaux sur papier.


Série Himalaya, les 14 sommets de plus de 8000 m, 2009 - 2010











01/11/2009

Peintures en style alpin, 2009


Séries Différents moments et Expédition 
........................................................................................



Homme devant le Mont Kailash, 2009
Acrylique, encre de Chine
et aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Mont Kailash (nocturne), 2009
Acrylique, encre de Chine
et aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Expédition (d’après V. Sella), 2009
Acrylique, encre de Chine et acrylique
en aérosol sur papier, 65 x 100 cm



Expédition (Zwingelstein), 2009
Acrylique, encre de Chine
et aérosol sur papier, 65 x 100 cm


........................................................................................



Refuge suspendu, 2009
Acrylique, aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique transparente en aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Into the white, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique sur papier, 66 x 102 cm


L’attente, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique en aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Passerelle avec mont Cervin, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique transparente
en aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Rencontre matinale, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique transparente
en aérosol sur papier, 66 x 102 cm


Dolomiti spirit, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache
et acrylique transparente
en aérosol sur papier, 66 x 102 cm


........................................................................................


Série Différents moments

Cette série de 6 peintures donne à voir des représentations qui oscillent entre la réalité et la fiction d’instants sublimés. Entre archétypes et clichés, ces peintures offrent un cheminement sur lequel chacun peut plaquer sa propre grille de lecture ou établir une narration imaginaire. Elles constituent en même temps une sorte de typologie des impressions liées aux espaces représentés et relatives aux thèmes de la solitude, de l’immensité, de l’attente, de la mélancolie, etc.

Série Expédition

Cette série composée de 4 peintures sur papier reprend les thèmes du sublime et de la solitude en évoquant des ambiances très différentes. Deux des peintures peuvent renvoyer à C. D. Friedrich, les deux autres (des réinterprétations de photographies d’archives) redonnent aux personnages représentés des traits qu’ils avaient perdus sur les clichés contrastés en noir et blanc.



........................................................................................



Paysage de pierres et d’eau (Belledonne), 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache et acrylique, 38 x 56 cm


Paysage avec route et massif de l’Annapurna, 2009
Aquarelle, encre de Chine, gouache et acrylique, 38 x 56 cm


Etude de personnages, 2009
Crayon de couleur, pastel, acrylique et aérosol sur papier, 35 x 50 cm


Etude de personnages, 2009
Crayon de couleur, pastel, acrylique et aérosol sur papier, 35 x 50 cm